• Il n'y a que l'Homme pour s'enorgueillir d'être Chuchoteur... Plus heureux celui qui tendra l'oreille à son murmure...
  • Il n'y a que l'Homme pour s'enorgueillir d'être Chuchoteur... Plus heureux celui qui tendra l'oreille à son murmure...
  • Il n'y a que l'Homme pour s'enorgueillir d'être Chuchoteur... Plus heureux celui qui tendra l'oreille à son murmure...
  • Il n'y a que l'Homme pour s'enorgueillir d'être Chuchoteur... Plus heureux celui qui tendra l'oreille à son murmure...
  • Il n'y a que l'Homme pour s'enorgueillir d'être Chuchoteur... Plus heureux celui qui tendra l'oreille à son murmure...
  • Il n'y a que l'Homme pour s'enorgueillir d'être Chuchoteur... Plus heureux celui qui tendra l'oreille à son murmure...

A cheval

La où agirait simplement la magie du lâcher-prise ? 

Pour avoir expérimenté de façon indubitable les bienfaits d’être à cheval, sans selle, au pas, ou même à l’arrêt lorsque le cheval broute, je vous propose, en fin de séance – et bien sûr sans obligation -, de monter dessus… La question difficile étant « pourquoi ça me ferait du bien ? » 

Alors que l’objet de cette page serait de vous expliquer les bases d’intérêt de la TAC, me voici à mon tour en difficulté… N’y a-t-il d’ailleurs qu’une seule réponse ?


Ma première hypothèse était que le mouvement latéral du pas, le balancement, pourraient avoir des effets semblables à ceux utilisés en EMDR1 mais ce serait à vérifier à plus long terme et avec une personne qualifiée dans cette méthode.

En en parlant autour de moi, quelqu’un m’a suggéré que cela pouvait être proche de l’hypnose ? Linda Kohanov dans son « Tao du Cheval » parle de Barbara Rector, cofondatrice de l’EFMHA qui a créé « un module spécifique qui inclut des ouvertures sur le bien-être, la méditation, l’intégration des sens et des mouvements à cheval pour produire différents états de conscience » ou d’Andrew Weil qui fait un lien entre « la survenue de guérisons spontanées et les états de conscience modifiée (...) en travaillant avec des chevaux qui semblaient mettre en contact avec les niveaux les plus profonds de la conscience. Je ne sais pas quel en est le mécanisme mais le cheval aide ceux qui sont prêts à ce changement. ». Là aussi, cela dépasse mes compétences mais il est intéressant de constater la quantité d’initiatives et de recherches dans ce sens. 

Il semblerait également que « la médiation animale, et en particulier la Thérapie Avec le Cheval, se base sur des notions fondamentales développées en particulier par Donald Woods Winnicott. Parmi les différents processus qui permettent le développement harmonieux du petit enfant il y a  le holding, qui lui permet de se sentir exister dans la continuité et qui est étroitement lié à la façon dont il a été porté et entouré par les bras de sa mère. Nous retrouvons ce processus en TAC, à l’allure du pas, avec la fonction de portage qu’a le cheval et l’étayage que procure le thérapeute dans sa façon d’être présent auprès de son patient (…) ». « Le fait d’être porté, d’être en contact direct avec le poil du cheval, son odeur, sa chaleur, les balancements provoqués par le pas (allure privilégiée dans une thérapie), peuvent lui rappeler des moments initiaux de sa vie. » 

En résumé, les différentes recherches que je fais pour vous donner un éclairage plus théorique sur mes convictions empiriques m’amènent quantité d’éclairages différents. Selon les thérapeutes, ils s’appuient leur médiation animale sur les courants PNL, Gestalt, systémique, ou autres… Ce qui nous ramène au caractère personnel et relationnel de la thérapie : heureusement qu’il y a cette palette d’interprétation et cette liberté de choisir avec qui vous travaillerez.

 

1« des mouvements oculaires alternatifs ou même par des stimulations (auditives ou tapotements) bilatérales (gauche, droite), qui ont pour effet de synchroniser l’activité des deux hémisphères cérébraux (…) »