• Il n'y a que l'Homme pour s'enorgueillir d'être Chuchoteur... Plus heureux celui qui tendra l'oreille à son murmure...
  • Il n'y a que l'Homme pour s'enorgueillir d'être Chuchoteur... Plus heureux celui qui tendra l'oreille à son murmure...
  • Il n'y a que l'Homme pour s'enorgueillir d'être Chuchoteur... Plus heureux celui qui tendra l'oreille à son murmure...
  • Il n'y a que l'Homme pour s'enorgueillir d'être Chuchoteur... Plus heureux celui qui tendra l'oreille à son murmure...
  • Il n'y a que l'Homme pour s'enorgueillir d'être Chuchoteur... Plus heureux celui qui tendra l'oreille à son murmure...
  • Il n'y a que l'Homme pour s'enorgueillir d'être Chuchoteur... Plus heureux celui qui tendra l'oreille à son murmure...

Vécu

Thérapie enfants

Radio Vivacité : "La vie du bon côté - Je ne reconnais plus mon enfant " - 06/02/2019 

Témoignage Peggy Rtbf

 

 

 

Violences intrafamiliales

« Qu’est-ce qui nous arrive ? »

Belinda a dormi dans la voiture et semble avoir du mal à revenir à la réalité ; tandis qu’Ana est collée à sa Maman et ne perd pas un mot de notre échange…

 seppe

La Maman m’explique avoir subi des violences conjugales auxquelles aurait assisté Ana, l’aînée, mais pas Belinda, la cadette… Depuis la séparation, Ana est (trop) autoritaire avec sa petite sœur et essaye de prendre le dessus, c’est invivable…

Boy a remarqué que la Maman observait la séance et il a entamé son job. Dans un premier temps, Ana l’a mené, à droite, à gauche, arrêté,… et il s’est prêté au jeu. Lorsque vient le tour de Belinda, il se détourne soudain et d’un mouvement sec et rapide, il lui pince le bras en happant la manche de son anorak …

Moment de stupéfaction ! Je suis assaillie d’idées…

« Zut la pauvre petite ! » « Il lui fallait bien ça ! » « Justement à elle ! » « Bonjour la collaboration, Boy ! » « Tu étais sensé la remettre en confiance ! » Et même – je l’avoue – « saleté de poney ! »

« Je suis tellement désolée… » et soudain, c’est comme si tout s’éclairait…

Belinda est prostrée dans son coin, comme pétrifiée, ne bouge plus, ne dit rien, ne pleure même pas…

La Maman a bondi de derrière la barrière, en un geste protecteur et explique à la petite que Boy ne l’a pas fait exprès, qu’il a voulu jouer, que ce n’est rien, que ce n’est pas grave…

Ana fulmine et invective Belinda parce qu’elle a mal tenu le poney et qu’elle ne sait vraiment rien faire bien…

En l’espace d’un instant, d’une pincette, Boy nous a plongés dans l’exact scénario de ce qui se passait lors des violences à la maison et dans les rouages compliqués du Processus de Domination, entre l’état de sidération de la victime, les justifications ou la culpabilisation de l’entourage…

Sans nul doute, il aurait fallu un temps considérable en thérapie individuelle ou verbale pour arriver à travailler le ressenti de chacun ; peut-être même, n’auraient-ils jamais atteint une telle justesse. Merci Boy !

 Contact